Cher Léon
Cher Léon
Par Manuela Wyler
Aperçu du livre
Photo book

09 avril 2016 Cacheville Californie, les cousins d’Amérique

Mes très chers,
Une petite lettre de Californie
Nous voici enfin arrivés et installés chez Tante Rosalie, vous auriez dû assister à cette rencontre entre Papa et sa sœur, presque cinquante ans qu’ils ne s’étaient vus. Et devinez ce que Papa a dit en premier :
– Mais qu’es-tu venue faire ma chère grande sœur dans cette galère, ton village ressemble au notre, mais il est juste situé à l’autre bout du monde et s’appelle Cacheville.
Papa exagère la Californie n’est pas l’Alsace et Wintzenheim et la ferme des grands parents ne ressemblait pas à cela. Bref c’est du Emmanuel.
Le voyage a été long mais les parents sont arrivés très en forme, Pap était tout excité, je ne l’avais jamais vu comme cela, enfin pas depuis votre mariage. Mais il n’a grondé que le porteur à la gare et encore en alsacien, ce qui a fait rire Alice.
Rosalie et Emmanuel se sont étreints longtemps, Papa a reniflé un peu, Rosalie portait encore le deuil. Ils ont pleuré un moment en silence assis sur un banc à l’ombre -il fait beau ici – . Nous les avons laissés faire le tour de la maison, seuls, ils se tenaient le bras. Se caressaient le visage de temps en temps, c’était émouvant. Tante Rosalie et oncle Bernard ont construit une belle maison de bois peinte en vert avec des volets blancs, entourée de terrains maraîchers, dans le style de beaucoup de maisons de cette partie de la Californie. L’entreprise est non loin, Léon et Lucien ont repris l’activité. Léon est né en 1894 comme toi, mon cher frère, mais tu es son aîné de dix-huit jours, il est né un vingt-quatre décembre comme l’autre petit juif qui a bien réussi mais mal terminé et toi le jour de la Saint-Nicolas. Il espère que tu viendras le voir plus tard. Je ne sais quels sont vos plans à ce sujet et n’ai donc pas commenté.
La vie est douce par ici. Bernard a su créer une bonne affaire et il a une bonne réputation. Tante Rosalie est triste depuis qu’il est mort mais il était son aîné de treize ans ainsi va la vie.
Ne vous inquiétez pas pour Alice, tout va bien, nous avons prévu de visiter les environs et tante Rosalie a prévu des rencontres avec d’autres cousins. Je vous donnerai plus de nouvelles lundi. Embrassez Mon Camille, j’espère qu’il avance avec son dossier d’inscription à la faculté de médecine.
Je vous envoie mes baisers. Renée

 


Pour rédiger cette lettre à la place de Renée je me suis servie des informations que j’avais : photographies légendées au dos, archives publiques et privées et j’ai recoupé avec les récits et les bribes d’histoires collectées.
Pour Alice je ne sais pas si j’aurais le temps de tout transcrire mais l’important était de lui rendre la lumière. De trouver son nom entier : Alice Monique Francine Schwab n’a jamais mérité le silence de ces années où son nom était prononcé uniquement paré de l’adjective diminuant son humanité. Pauvre Alice qui au-delà de sa fin a porté le poids de fautes qui n’en étaient pas. Pauvre Alice dont les belles années ont été volées par une chape étouffante de morale surannée. Alice femme libre et tellement brillante promise à un avenir de secrétaire. Riche Alice de ses questions. Ma chère tante Alice que tu étais belle. Quelle vie aurais-tu eu si ..

2 Commentaires

  1. Edgar

    9 avril 2016 - 5 h 43 min
    Reply

    Très touché par l’exemplarité de votre intention avec ce site. La transmission de nos racines nous plus d’ancrage dans ce monde difficile et démontre qu’au bout du compte nous sommes tous des immigrés

  2. Pascale

    9 avril 2016 - 20 h 37 min
    Reply

    Si j’arrive à avoir une « influence » sur le choix de prénoms mes petites-filles plus tard (pour mes enfants c’est trop tard et puis je n’ai que des fils) Alice sera un prénom que je serais tellement heureuse de suggérer (Bli neder) Merci Manuela ❤️

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé !