Cher Léon
Cher Léon
Par Manuela Wyler
Aperçu du livre
Photo book

13 avril 2016 : Back home, enfin quelle maison?

Ils étaient enfin rentrés de Californie, Emmanuel avait fini par trouver ça un peu long et voulait reprendre une vie plus normale, un beau matin il décréta qu’il fallait rentrer à Scarsdale et que la petite devait retourner en cours. Le lendemain les billets pris ils auraient encore quatre-vingt-quatre heures de voyages et puis Léon leur dit au téléphone de prendre un avion, quelle idée, mais vingt-cinq heures de voyage seulement. Ils le firent avec une escale. Emmanuel avait eu si peur au décollage et Berthe qui lui enfonçait les ongles dans la main. Alice était aux anges, et Renée poings crispés sur les accoudoirs en osier du DC3. Plus de deux millions d’américains avaient pris des vols en 1940 alors pourquoi pas eux Le budget était une véritable folie, mais Léon avait dit, vous pouvez vous l’offrir, rentrez maintenant nous avons des problèmes de papiers Alice doit être là au plus vite.
Bref ils rentrèrent
En septembre à peine rentrés il a été question d’un nouveau déménagement cette fois dans le New Jersey , à South Orange -Maplewood
Après l’emménagement la routine s’installa après Souccot, ils avaient même construit une cabane à l ’arrière de la maison et y avaient mangé deux fois . Berthe avait accroché un oignon avec des plumes comme on le faisait à la maison.
Camille fit une leçon aux enfants « La fête de sept jours (huit en Diaspora) de Souccot débute deux semaines après Rosh Hashanah. Ce festival représente une action de grâces pour la récolte finale majeure de l’année agricole (Fête de la Récolte), tandis que sa composante historique commémore la protection du Seigneur des Israélites pendant la période transitoire de quarante ans dans le désert, il (Festival des Cabanes). Pendant tout le festival, on dîne en famille et/ou on dort parfois dans une cabane soucca), une structure avec un toit temporaire faite de branches ou de roseaux. La soucca est habituellement décorée de fruits et légumes de saisons. L’autre symbole majeur de la fête est le bouquet de quatre espèces – l’etrog (cédrat)arriva de Yolo à temps, loulav branche de palmier), Hadas (branches de myrte), et aravah (branches de saule)furenet achetés à Brooklyn. Seule parmi les fêtes Souccot est considéré comme Z’man Simchateinu (Saison de réjouissance).

Jojo qui était chez les scouts juifs construisit dans la cour du centre communautaire  une soucca afin de préparer la fête de Souccot à peine distante de Yom Kippour de quelques jours. C’était joyeux, chacun apportait branches, fruits et légumes, une coutume que beaucoup ont oublié: en Alsace et probablement dans d’autres régions rhénanes est de suspendre dans la soucca un oignon dans lequel on a planté des plumes. La coutume a un but pédagogique : elle veut rappeler aux enfants, curieux devant cet oignon emplumé, que Souccot est la fête de la protection de Dieu pour nos ancêtres dans le désert.

BETZEL KENAFEKHO TASTIRENOU 1
« Tu nous protèges à l’ombre (Tzel) de tes ailes (Kenafe’ka) »
Mais BETZEL ressemble à BATZAL qui signifie « oignon », tandis que KENAFEKHO peut signifier « tes plumes ».

« N’ imaginez pas que ceux qui ont institué ce minhag l’ont fait par ignorance. On appelle cet oignon à plume un « Chauté », « imbécile », pour bien montrer que c’est un jeu de mots, pour éveiller la curiosité et les amener à donner la réponse exacte. Le Chauté peut être blanc ou brun selon l’oignon choisi et les plumes prises initialement dans la basse cour provenir, d’oies, de canards ou de poules proviennent maintenant de magasins de décoration ou de marchands de volailles. Suspendu à l’entrée de la soukkah le Chauté accueille les convives. Ainsi, cet oignon fiché de deux plumes d’oie évoque-t-il notre souhait de voir se réaliser nos prières pour une Paix définitive. »

Qui dit convives, dit menu, après les traditionnelles prières célébrant la fête des moissons et la cérémonie du Loulav que chacun se doit de secouer-Shake it baby, shake it dit Jojo – il est temps de manger

Camille continua pendant la semaine ses leçons « Le thème de récolte de Souccot a conduit à la constitution d’une abondance de fruits et de légumes dans les plats. Légumes marinés et salades de légumes sont également d’usage dans la plupart des communautés juives. En particulier, les légumes farcis et remplis de pâtes, pâtisseries fourrées, et des tartes remplies, symbolisant l’abondance, sont monnaie courante sur les tables de Souccot. En outre, il faut prévoit qu’il sera facile de faire la navette vers l’extérieur de la soucca et garder au chaud;le repas, par conséquent, les gratins et les plats uniques sont très populaires

Pour les Ashkénazes les plats comprennent des cornichons et pickles , soupes de légumes, soupe de potiron, soupe de choux farcis pour les Roumains, Bortsch pour les russes, soupe de pois cassés ou de lentilles, tzimmes,  de la poitrine farcie de veau ou de volaille, knishes, des boulettes  comme les klops  et des studel remplis de fruits ou de légumes, Tartes aux quetsches et au pommes de saisons, gelées de raisins, lekvar et compotes et des crèmes comme ce lemon curd aux pommes et les premières torches aux marrons que Berthe réussit à faire avec un presse purée !
L’automne passa, Emmanuel allait en train à New York parfois, il prenait un taxi pour Brooklyn et avait trouvé un café pour jouer avec des vieux juifs allemands de Fribourg ou alors il allait dans le Queens. Une autre lubie était d’acheter en gros les protections hygiéniques des femmes de la famille. Elles étaient désormais quatre Renée, Addy, Alice et Elisabeth même pas onze ans et déjà une petite femme (pour Berthe c’était un autre problème mais il faisait comme si de rien n’était.) Il ne parlait qu’allemand et français, refusait d’apprendre l’anglais et cherchait des fournisseurs parlant Yiddish. Berthe cuisinait, renvoyait les employées de maison, Renée appelait une autre agence, recrutait à nouveau. Camille avait commencé ses cours à l’université et travaillait au laboratoire d’hématologie sur son temps libre. Il avait aussi contacté les amis du Musée de l’homme et organisait des choses en secret à propos d’intellectuels voulant quitter la France.

0 Commentaire

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

error: Contenu protégé !